, INVESTIR DANS LE DIAMANT ou comment réaliser un bon placement, Mediam Suisse, Mediam Suisse

INVESTIR DANS LE DIAMANT ou comment réaliser un bon placement

Diamantaire depuis plus de vingt ans, je suis présent sur le marché diamantaire international et donc pleinement inscrit dans l’activité de ce secteur.

Depuis quelques temps déjà fleurissent sur le net et dans les médias de nombreux articles, publicités et interviews de sociétés travaillant dans le diamant d’investissement et proposant des placements sécurisés et rendements très élevés.

Il m’a paru essentiel de faire une mise au point sur cette situation du « Diamant d’Investissement ».

Pour faire du diamant un bon investissement, il y a quelques règles à connaître et à suivre :

Pour commencer, adressez-vous à un vrai diamantaire. Un investissement dans le diamant doit être un acte véritablement personnalisé et incarné. C’est une affaire d’expert portant sur un produit très spécifique dont la valorisation ne peut être envisagée que si il est choisi avec le plus grand soin.

La notion d’ ”Investissement” implique couramment l’idée d’achat et revente à courts et moyens termes: contrairement à ce que prétendent les sites de vente qui arguent une valorisation des prix du diamant de 6 à 8% par an, l’augmentation des prix du diamant n’est pas linéaire. Le chiffre est correct mais c’est bien-entendu une moyenne sur une dizaine d’année. Il y a des périodes pour acheter et des périodes pour revendre.

Ce qui fait que le diamant (nous parlons du diamant Blanc dans cette article) est un bon placement est justement sa stabilité et en tous cas sa capacité à préserver un prix minimum (sécurisation du patrimoine) avec des opportunités de “Pics de Prix” qui peuvent dépasser largement les 35%.

Règle n°1, il faut savoir ce que vous achetez: votre diamantaire a le devoir de vous informer de manière précise et objective de tous les éléments qui permettent de chiffrer le prix d’un diamant qui dépend du poids (le carat), de la couleur, de la pureté, de la qualité de la taille (la « coupe »), de la Fluorescence, du type de formes (Rond-Brillant ou Coussin, Radiants, Etc.), du type de certificat et de la pertinence du laboratoire qui a émis le certificat (par exemple pour Mediam Suisse, seul le GIA fait référence), Etc.

Règle n°2, il faut acheter au bon moment et au bon prix: actuellement les prix sont sur leur base minimale. Depuis 2016, le marché est en effet caractérisé par une faible demande, créant des stocks et affectant les prix … au plus grand bonheur des investisseurs (pas des diamantaires !). Votre diamantaire saura donc vous trouver des rabais très intéressants, qui sont calculés sur l’indice tarifaire international du diamant ou « Rapaport ».

Règle n°3, il faut pouvoir patienter: pour réaliser une opération de plus-value, il faut tout simplement attendre la remontée des prix (ces fameux « pics de prix » qui ont lieu en moyenne 2 fois par tranches de 10 ans) qui peut se produire à moyen terme comme à plus long terme, soit entre 3 ans et 10ans, ou alors considérer votre diamant véritablement comme du patrimoine à transmettre.

Règle n°4, il faut investir dans des diamants assez exceptionnels : la règle d’or dans le diamant est en effet la rareté. Plus les pierres sont grosses, plus elles sont blanches, plus elles sont pures, plus elles sont parfaitement taillées et plus elles sont exclusives. Un diamantaire vous combinera dans une pierre le maximum de facteurs de rareté, ce qui viabilisera totalement votre investissement.Chez Mediam Suisse, nous considérons que les diamants de : –      1 à 3 carats constituent davantage un moyen de transmettre du capital qu’un investissement pur. De nombreux clients nous achètent par exemple des paires de diamants de 1 à 2 carats, ou une pierre unique de 2 à 3 carats pour les offrir à leur(s) enfant(s) et leur assurer ainsi des liquidités en cas de besoin, en dehors du circuit classique (bancaire, immobiliers, Etc.). Nous les faisons souvent monter par nos partenaires joaillers suisses. –      3 à 5 carats constituent la première base d’un investissement solide : on cherchera alors les meilleures pierres, si possible sous forme de paires parfaites. Leur valorisation est nette. En très hautes qualités, elles servent à la haute joaillerie et sont donc en demande régulière. –      5 à 10 carats et plus constituent le MUST pour l’investissement : on choisira uniquement le Top de ce qui existe dans le diamant, de telle façon que, dans ces caractéristiques de qualités extrêmes, seuls quelques dizaines de diamants par catégorie sont produits chaque année, … pour le marché mondial !!!

Règle n°5, il faut exiger une procédure d’achat sécurisée et documentée: chaque pierre doit posséder son certificat de laboratoire original dont le numéro est vérifiable directement sur le site du laboratoire, chaque pierre doit avoir le numéro du certificat gravé au laser sur la pierre elle-même (ce n’est plus une option payante, en tous cas pour le client final), pour les pierres de 3 carats et plus, vous pouvez demander un système de « Scellé » réalisé par le laboratoire directement (qui peut être payant) garantissant l’intégrité totale de la pierre (GIA Certicard), chaque pierre doit être accompagnée d’une facture en bonne et due forme qui reprend les spécificités du diamant et son numéro de certificat, chaque pierre doit être accompagnée d’un certificat d’expertise du gemmologue-diamantaire, chaque bijou qui aura été serti de votre diamant doit être accompagné du certificat d’assurance du bijoutier (qui vous permettra en cas de perte ou de vol, selon vos conditions d’assurance, d’obtenir un remboursement de votre bien, au prix public).

Règle n°6, il faut pouvoir procéder à une inspection de la pierre: une fois votre décision d’achat prise, à partir de la documentation fournie par votre diamantaire (description, certificats, photos, vidéos, Etc.), vous pouvez participer à une inspection de la pierre qui a en général lieu dans une zone douanière sécurisée (de type « Ports-Francs) et est organisée sous l’autorité d’un transitaire reconnu tel que « Brinks » par exemple. Il s’agit de la dernière formalité avant la conclusion de l’affaire qui vous permet de valider la correspondance entre les documents et la réalité physique du diamant (notamment le contrôle de la gravure au laser sur le diamant du numéro de certificat) et en aucun cas une visite de « tourisme diamantaire ». Ces visites sous-douane sont strictement régulées, avec pièces d’identités et témoins à l’appui, et servent à contester immédiatement une affaire en cas de non-conformité manifeste du diamant au cahier des charges présenté au client.

Règle n°7, il faut être assuré que votre diamantaire pourra participer à la revente de votre diamant Chez Mediam Suisse, il n’y a pas de publicité mensongère mais seulement la réalité d’un marché. Nous proposerons volontiers votre diamant à d’autres clients ou d’autres diamantaires mais nous ne nous engageons pas à le racheter, comme certaines sociétés (notamment sur le Net) le laissent croire… Si vous voulez revendre à un moment ou le marché stagne, on vous fera au mieux des propositions d’achat peu intéressantes et au pire pas de propositions du tout (CF Règle N°3, il faut pouvoir patienter), exactement au même titre que si vous achetiez un appartement pour le revendre après 1 ou 2 ans alors que l’immobilier n’a pas évolué ! En revanche, quand le marché monte, nous proposons spontanément à nos clients de mettre en vente pour eux leur diamant en le replaçant directement sur le marché. Durant ces périodes de « Pics de Prix », les plus-values sont alors extrêmement profitables pour chacun.

A lire, cet article de INVESTIR.CH portant sur le prix des diamants :

https://www.investir.ch/2017/04/diamonds-are-a-girls-best-friend/

Pour plus d’informations sur le diamant, d’investissement, les qualités, l’éthique, visitez la Page Diamants sur notre site www.mediamsuisse.ch

Alexandre MARTIN

Mediam Suisse – Neuchâtel

Article original, en cas de partage merci de citer la source – tous droits de reproduction et d’utilisation réservés ®

No Comments

Post a Comment